Chapelle de la Soledad

La chapelle de la Soledad, au sein de la Parroisse d'Azpeitia, fut construite grâce à la volonté de Nicolás Sáez de Elola, un des capitaines qui accompagnèrent Pizarro lors de la conquête du Pérou. Grâce à son testament, attribué en 1553, des enchères publiques ont été effectuées pour l'adjudication des œuvres de la chapelle. L'attribution revint à Domingo de Rezabal et la peinture du retable releva de la charge d'Andrés de Olabarrieta.

En 2002, en conséquence du retrait du retable pour la réhabilitation de la chapelle, on a découvert des fragments de peinture murale sur les murs. Les travaux de restauration achevés en 2006 laissèrent à découvert un programme picturale de grande importance et datant de la Renaissance.

La Chapelle de la Soledad correspond aux modèles de la renaissance classique, aussi bien en ce qui concerne la structure architecturale que les éléments ornementaux qu'elle contient. La base est pratiquement centrale et est constitué en un espace pratiquement unique, dont les supports sont les murs périmétraux qui, en se retranchant, forment 4 espaces spécifiques.

Le premier, occupé par le mausolée de Nicolás Sáez de Elola, le deuxième par l'autel. Concernant ce dernier, le lieu original du retable est occupé actuellement par les images du Christ Crucifié, de Maria et de Saint Jean; et un troisième constitué par un mur peint en "grisaille", où est reproduit 'Il Sogno' de Michel-Ange, un dessin créé en 1533. Il s'agit d'une représentation de l'âme humaine (un jeune homme nu) entourée par les péchés capitaux. Malheureusement, lors de l'intervention de 1898, une partie du mur avait été vidée afin de créer une niche pour l'autel, un espace creux qui coïncidait avec le centre de cette peinture murale.

En ce qui concerne le quatrième espace, celui-ci est occupé par un grand chœur sur un arc bas. Le bas chœur contient des reliefs figuratifs et végétaux d'une grande finesse. L'un d'entre eux représente une femme dotée d'une étoile, pouvant être une représentation de la déesse Vénus ou de la Vierge, et l'autre relief pourrait être une représentation d'Hercules ou du Christ.

Au-dessus du grand espace central, se dresse une grande coupole ayant un plafond à caissons, dans le plus pur style de la Renaissance, fermant de la sorte la chapelle et laissant une ouverture centrale, suivant exactement le model du Panthéon de Rome. Cette première s'appuie sur quatre pendentifs comprenant des figures en relief et en grès des quatre évangélistes d'une exceptionnelle beauté. L'effet du plafond à caissons est utilisé pour les arcs des espaces latéraux.

À l'occasion des travaux de restauration, entamés en 2002, la recherche en matière archéologique a abouti à la description de deux niveaux différents d'enterrements ainsi que des restes d'un moule de cloche, tel qu'on peut le voir au creux effectué au centre de la chapelle.

Emplacement: Paroisse de San Sebastian de Soreasu d'Azpeitia.

 

FaLang translation system by Faboba